Trail des Hautes Falaises 2014

L’année 2014 n’avait jusqu’alors pas été vraiment prolifique en terme de trail. En 9 mois de temps, un seul couru.. Et un abandon qui plus est! Et une course en relais, qui elle, pour le coup, s’était bien mieux passée.. A cela se sont ajoutées 6 semaines d’arrêt en juin suite à une grosse entorse.

Le 5 octobre, à l’occasion d’une escapade en Normandie, dans mes terres natales, j’invitais mon père à me rejoindre sur la Côte d’Albâtre, à Sassetôt-le-Mauconduit plus exactement, afin de participer au trail des Hautes Falaises dont la distance, le dénivelé et la région me semblaient être parfaits pour me remettre en selle.
35kms 800D+ pour moi, 15kms 350D+ pour le père.

Un temps magnifique le matin de la course nous encourage à nous préparer au mieux pour profiter un maximum de cette belle journée et de ce parcours dont les quelques photos et vidéos visionnées les jours précédents nous avaient déjà mis l’eau à la bouche.

470 participants sur les 2 courses, 112 partants sur le 35, 350 et quelques sur le 15.
Briefing à 8h45 sur le lieu de l’arrivée, tous les concurrents rejoignent ensuite, à la manière d’une étape du Tour de France, le départ réel donné plus loin dans le village.

Les premiers kilomètres sont pénibles, beaucoup de monde du fait que les courses démarrent en même temps. Quelques chemins difficiles à gérer sur ces 6 premiers kilomètres communs où s’ajoutent à cela le soleil (!), encore bas à cette heure qui, lorsqu’il se trouve face à nous, nous éblouit totalement et complique notre progression. Enfin on ne va pas se plaindre, temps idéal pour courir. Et pas de vent, vent qui aurait pu, plus loin sur les hauteurs des falaises, nous causer bien des misères…

 

La bifurcation aux 6kms entraîne les 112 « longue distance » sur la gauche tandis que les autres filent tout droit, là où nous passerons, nous aussi, pour notre fin de parcours.

C’est mieux, on est enfin un peu esseulés..
Les kilomètres défilent tranquillement, je voulais assurer un bon 11km/h les 20-25 premiers kms et voir ensuite comment j’étais pour, éventuellement, accélérer si j’en étais capable.
Bien entendu, entre la théorie et la pratique, il y a toujours quelques nuances ^^
Les 10kms, toujours un bon indicateur sur le rythme couru, me montrent qu’en les passant en 52min, je suis déjà plus rapide que ce qui était prévu sur le papier. Ca m’inquiète déjà étant donné l’entraînement assez hasardeux de ces dernières semaines.

Mais, savoir que cette nana, là, devant moi, est la première féminine suffit à me motiver à tenter de « prendre sa roue ». C’est aussi grâce à l’aide de son pacer perso, conjoint, collègue de course où je ne sais qui, qui la tire en permanence, que le train est assuré.

C’est sur les hauteurs des falaises qu’on apprécie qu’il n’y ait pas de vent aujourd’hui car avec cette contrainte supplémentaire, ça aurait été vraiment difficile, surtout que de longues lignes droites, interminables, dans l’herbe, défilent sous nos pieds. C’est long !

Enfin, une descente, et la fin de ces grandes étendues désertiques.
Cette descente qui nous plonge vers le village de Saint-Pierre-en-Port nous plonge également, littéralement, les pieds dans l’eau ; il faut en effet longer la plage de galets qui est copieusement arrosée par les vagues abondantes en cette matinée. Pas de prises de risques, je préfère laisser passer la vague plutôt que de tenter de m’aventurer à poser le pied là-dedans au risque de tomber..

 

17,5kms sont affichés sur le bord du chemin. Pour les moins matheux d’entre nous un homme est là pour confirmer que nous en sommes bien à la moitié du parcours! Cette fois, je colle à la féminine, je ne la lâcherais plus jusqu’au 28è km.

La montre m’indique que tous les kms se courent entre 4’30 et 4’40, plus ou moins 13km/h donc, ça va vite, je m’accroche et me retrouve régulièrement en queue de peloton formé par les coureurs que nous rattrapons au fur et à mesure de notre avancée.

Lors d’une nouvelle descente, peu de temps avant de rattraper la fin commune des 2 parcours, je m’étale et me tord de nouveau la même cheville qui m’a mis à l’arrêt pendant 6 semaines l’été dernier. Aïe, aïe, aïe… Je me relève, le gars derrière moi me demande si ça va, je m’étale de nouveau.. Ok cool.
Je lève le pied dans cette descente et me mets au pas en suivant les autres.

Arrivée aux Grandes Dalles à l’issue d’une vertigineuse descente ; j’aperçois au loin mon papa puis je découvre aussi que ma maman et Eytan sont là, super !!
Le temps de lui faire un bisou, descendre sur la plage dans les galets et remonter de l’autre côté et me voilà reparti dans les chemins.

 

Le second ravitaillement, je m’y arrête un poil plus longtemps que le premier et ne mange, comme d’habitude, que des quartiers d’orange.
La féminine s’est déjà envolée, je ne la reverrai plus.
Je continue mon bonhomme de chemin, il n’y a plus grand monde autour de moi, je ne rattrape plus personne, seulement quelques malheureux avec des crampes.

La fin du parcours est plaisante car d’une part, elle nous permet d’admirer une vue splendide sur la mer, lorsqu’il faut entamer la descente vers « Les Petites Dalles » et d’autre part parce que nous sommes constamment entourés de monde, certains spectateurs mais aussi et surtout des marcheurs qui s’étaient alignés sur la distance courte, version marcheurs. Beaucoup d’encouragements. Et tant mieux, il en fallait pour se dépêtrer de cette terrible (!!) montée qui faisait suite à l’agréable descente à la cool précédente. Ouch, après ça, t’es un peu calmé..

Fin de parcours, majoritairement plate, quelques faux-plats, et puis c’est le final, magnifique final s’il en est car accompagné les 100 derniers mètres par mon petit bout qui coure vaillamment, lui, tandis que je trottine.

3h11, 26è au classement sur les 112 partants (15è/37 dans ma catégorie). Plutôt content du résultat, et, avec un entraînement digne de ce nom, je suis persuadé que les 3h sont jouables… Premier en 2h33 OUF !

Mon papa qui espérait mettre moins d’1h45 termine finalement en 1h35. Content pour lui 🙂
Classement 35kms :
1. LAMY Pierre 2:33:20

19. DEVRAIGNE Aurore 3:07:31

26. MINCKWITZ Stany 3:11:05
..
111 classés

Magnifique trail en guise de conclusion, qui donne envie de revenir l’an prochain.

Une réponse à “Trail des Hautes Falaises 2014”

  1. Bravo pour cette belle performance (après une année difficile)……la reprise est encourageante, continue. Et merci pour cette belle journée et ce final avec ton petit bonhomme, c’était beau à voir. Il a tellement aimé qu’il a voulu refaire le final……trop drôle. Félicitations également pour le récit toujours bien écrit et plaisant à lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.