Trail des 2 Provinces

Trail ultime de 2013.
Du coup, j’ai carrément suivi un plan d’entraînement ces dernières semaines, truc que je fais jamais..

 

Sur les terres de Frankie, rencontré plus tôt dans l’année, nous nous faisons héberger, avec Yvan, chez lui, la veille de la course. La pasta est de rigueur et l’accueil, royal. Encore une fois, Frankie, merci 🙂
Le jour J, Olivier doit nous rejoindre mais n’est toujours pas là à 8h20 alors que le départ est donné à 8h30…

.. Crissement de pneus…… Et voilà notre Olivier tout stressé et énervé qui débarque à Aiseau-Presles (BE) pour participer aux 45 kms. Je m’occupe de son inscription et pas le temps de taper la discussion, les consignes sont données, ainsi que le départ, dans la même foulée.
Yvan et Frankie font le 25, Olivier et moi le 45. Enfin 45………. L’organisateur nous annonce qu’ils ont dû raboter le parcours suite aux TROMBES d’eau qui se sont abattues sur la région ces derniers jours. « Vous serez plus proches de 40 que de 45 »

 

On fait course commune avec Olivier, comme on avait prévu, et à mi-chemin, vers le 20ème donc, celui qui se sent mieux part.
Nous sommes une quarantaine à nous élancer sur cette distance. 7 sont partis sur le 65 et 130 s’élanceront à 9h sur le 25.

 

Rapidement, nous nous retrouvons aux avant-poste, une groupe de 4 part devant, tandis que nous sommes 5 ou 6 à suivre à bonne distance.
Un premier chemin sympathique laissait présager le meilleur, et ce, alors que nous n’avions fait que 500m, mais hélas, à cause de la pluie donc, une longue portion d’asphalte nous attendait après celui-ci. Vraiment looooooongue.. 2.5kms chi… à mourir 🙁

 

Enfin, nous voilà dans la forêt, et c’est tant mieux, il se remet à flotter de plus belle. On est plus ou moins protégés là-dessous.

 

8.3kms, on sort de la forêt, on a largué nos compagnons de début de course et on a en point de mire un gars, calé entre le groupe des 4 à l’avant, et nous. Il nous lâche pas, on ne le rattrape pas. Hop, à gauche, je dis à Olivier « que j’en vois pas un qui se mette à couper dans le champs ! » ..
Avec Olivier, on discute depuis quelques minutes, bla bla.. bla bla.. à se demander si on est bien en train de participer à une course. Et puis, alors que nous sommes revenus dans la forêt je coupe court à la conversation préférant me concentrer sur l’endroit où je pose mes pieds. Ca devient technique ce bazar…
Enfin, tout ça ne m’empêche pas de m’étaler comme une me.. dans une flaque, peu de temps avant de redescendre sur Presles. Je regarde ma montre à ce moment-là, elle indique 9.5kms. Toujours pratique à retenir, au moment d’écrire le récit… Bref avec tout ça, je suis carrément crado, et ça m’a bien refroidi !

 

Dans Presles, Olivier s’arrête pour un besoin naturel, alors que je continue ma route. Au croisement suivant, notre gaillard qui était devant nous depuis un petit temps était là sans savoir où aller.. Ouais effectivement, plus de balisage.. hmmm.. Olivier nous rejoint et on va vers ce qui nous semblait le plus cohérent. Nous retrouvons rapidement les flèches puis notre nouveau compagnon de route, un Flamand visiblement, nous fait tourner sur un semblant de chemin.. Qui n’en était pas un. Et allez demi-tour. Les erreurs s’accumulent, le balisage est bancal, comme cette dernière flèche qui était litigieuse.

 

Ca grimpe bien dans ce chemin ; le Flamand court toujours, je le suis en « fartlek », Olivier est quelques encablures plus loin.

En haut de la côte, je marche pour attendre Olivier.. « Mais bon sans sang, qu’est-ce qu’il fout ?? »… « la poche de ma seconde réserve a percé » finit-il par dire une fois qu’il me rejoint… LOL il lui arrive toujours des misères avec son paquetage ^^
Avec tout ça, notre Flamand a décampé.. Et puis on le rejoint finalement plus loin après un arrêt pipi pour lui aussi.

 

Ca fait un bon moment qu’on ne voit guère plus personne ni devant, ni derrière nous.

Le village de Le Roux est traversé et c’est alors que nous parvenons à un chemin.. Enfin chemin.. un ruisseau, non ? Je ne sais pas trop mais comme j’évite soigneusement depuis le début de me tremper les pieds, je passe sur le côté, dans le champs, ce qui n’est pas forcément la meilleure des idées puisqu’on s’enfonce dans la terre. Galère, galère.. Chacun se débrouille pour se sortir de ce pétrin..

 

Après ça, on manque encore de se tromper si on suit notre collègue qui veut continuer à suivre le balisage orange (25kms) alors que désormais il faut suivre le bleu. Je lui dis, il n’a l’air de rien comprendre, tant pis. Orange, puis bleu, puis retour sur orange. C’est vrai que les instructions ont été données en Français, ça n’a pas dû l’aider des masses…

Falisolle. Je m’inquiète de plus en plus de ne pas apercevoir le ravitaillement alors que nous avons dépassé les 20kms depuis un moment… Le balisage semble lui aussi incertain, nos flèches bleues alternent avec les vertes (celles du 65kms), c’est assez déroutant.
A l’issue d’une grosse côte, dans laquelle Olivier a quelque peu lâché prise, nous nous retrouvons.. Sur le parcours orange.. Le 25kms.. Argh, c’est quoi ce bin’s ?? Pas vu de ravito et du peu que j’avais crû comprendre de la carte des parcours, on terminait sur le parcours orange, et il n’y avait que très peu de kms.. On est au 22ème.. Il n’en reste certainement pas 18 en tout cas ! Je dis en plaisantant à Olivier : « Tu vas voir qu’on va faire 30kms » (!!)

 

Grosse descente, raide et très technique en approche. Olivier est devant, le Flamand, et moi. Je reste sur mes gardes, la descente est réellement devenue dangereuse après toute cette pluie. Olivier dévale vraiment vite, et, une fois arrivé en bas, surprend tout le monde, à commencer par lui peut-être, moi en tout cas c’est sûr, en relançant comme un beau diable.. Et bé.. J’ai clairement du mal à accrocher, j’ai le souffle coupé court !
Heureusement, une nouvelle montée, je me remets dans la roue du Flamand, puis une descente derrière où je prends les devants. Nous parvenons de nouveau dans un village… Et.. Mais oui, c’est bien cela… Nous sommes revenus sur la route du départ (!!)

 

28kms.
C’est peu surtout quand on se prépare pour un 40/45. Nous arrivons donc à 3 à la 5ème place, les 4 qui étaient devant ont fait les mêmes erreurs que nous… Et les 11 suivants également.

A partir du 19ème classé, jusqu’au dernier, les 40kms ont été effectués.. Tout ça est bien bizarre.
Le lendemain de la course, voici le mail que j’ai reçu :

Bonjour Stany,

Nous avons constaté une erreur de parcours pour les 18 premiers sur la distance de 43km.

Nous ne savons pas le pourquoi de celle-ci et afin de rester correct, nous vous offrirons l’inscription à la 3ème édition du trail des 2 Provinces.
Encore merci de votre participation.

Trace : http://connect.garmin.com/jsPlayer/402388985

Je retourne finalement sur mes pas pour aller rechercher Yvan et Frankie pour terminer ensemble

3 réponses à “Trail des 2 Provinces”

  1. Je ne sais vraiment pas comment tu fais pour retenir autant de détails lors d’une course. Et dire que le quatrième finit à 4′ de nous, nous aurions pu le rattraper si le parcours avait fait 42 bornes puisque nous avions décidé d’accélérer après le premier ravito. Vraiment dommage !!!

  2. Dommage que tu n’aies pas pu réaliser l’objectif que tu t’étais fixé, d’autant que tu avais fait l’entraînement en fonction de cette distance !!!!
    Mais, félicitations tout de même et comme d’habitude, bravo pour ton récit toujours très pragmatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.