Trail de l’Origole, il est venu, il a vu, il a perdu…

trail origolePremier ultra-trail rapportant 2 points, et permettant l’inscription aux courses prestigieuses de cet été, celles-là même qui m’attiraient… La question de savoir si je m’inscris à l’un ou l’autre de ces trails ne se posera plus étant donné que le bout de l’aventure pour moi sur l’Origole se sera fait au km52.
Le Trail de l’Origole se court au Perray en Yvelines (78), sur une distance de 75kms et un dénivelé positif de 2000M. Il s’effectue sur 3 boucles distinctes :
– 1ère boucle de 28,5kms et 600D+
– 2ème boucle de 24kms et 1200D+
– 3ème boucle de 22kms et 200D+

La première boucle passe très bien, je termine les 28kms en 3h25 il me semble, il y a beaucoup de monde sur ce parcours car il existe également une course plus courte, sur la première boucle uniquement. Je délire 2 minutes avec Jay et biketrun que je rejoins au bout d’une dizaine de kms. Puis je retrouve TomTrailRunner sur les derniers kilomètres de la première boucle, derniers kms sur le plateau très venteux, l’horreur… Entrée dans le gymnase, il y a déjà beaucoup de monde. La plupart en a terminé, quelques rares repartiront pour la suite de l’aventure.
Je me ravitaille correctement puis repars ragaillardi sur la seconde boucle, avec les encouragement des copains à la sortie du gymnase (il y en a 50 devant moi, sur un total de 250 engagés, c’est bien), en compagnie d’un certain Mehdi. Il me dit au bout de 3kms ; allez on court ensemble, c’est mieux que seul. Effectivement, c’est bien plus motivant surtout qu’à partir de la seconde boucle, nous ne sommes plus beaucoup. Ce qui tranche radicalement avec la queue-leu-leu à laquelle on a eu droit sur l’ensemble de la première boucle.
Ma frontale commence à défailler, on s’arrête pour que je change mes piles. Et c’est reparti !

Avec Mehdi, nous entamons sereinement cette seconde boucle, marchons tranquillement dans les côtes. Les premières descentes sont raides, et me rappellent que mon trail origolegenou n’est pas du tout guéri… A chaud, je le sens, mais il ne m’empêche pas d’avancer. Ce qui m’ennuie plus, c’est le mal de dos qui s’installe gentiment par contre. La plupart des montées (et il y en a énormément sur cette boucle !!), je les fais en me tenant le dos et en essayant de me masser au mieux… Mais ça coince franchement. 🙁 De vieux fantômes me reviennent en tête, je me rappelle que ces mêmes problèmes de dos m’avaient contraint à arrêter définitivement le VTT il y a 10 ans de ça (avec port de corset, rééducation en piscine etc.)

On dépasse Deedit, son genou a rendu l’âme pour lui aussi et le contraint à abandonner, malgré ses bâtons.

Sur le parcours, nous récupérons 3 personnes égarées (dont Fibre de Kikourou) qui s’étaient plantées de chemin (et qui seront probablement disqualifiées ?), nous faisons route tous les 5, je m’accroche mais je souffre vraiment, surtout du dos, et je suis clairement fatigué; 9 kms avant la fin de la seconde boucle, je souhaite bonne route à mes compagnons, je n’en peux plus, m’asseois, me couvre avec mon kway, mange, bois.. 1 coureur me double au bout d’une minute, me demande si ça va, si j’ai besoin de quelque chose (quel bel esprit…). Je le remercie et lui réponds que je suis extrêmement fatigué, mais que je vais repartir.
Je me remets debout, le genou qui avait eu le temps de refroidir me lance copieusement, le dos idem… Je claudique, mais me remets en route, il reste 9kms, je suis vidé. Les kms n’avancent pas, j’en ai marre, je sais que je vais abandonner. Ca m’anéantit.
J’arrive au niveau de 2 bénévoles dans la forêt, discute avec eux 2 minutes, ça fait du bien, et je repars, il en reste 6 me disent-ils.

La route est longue, chaque descente est une nouvelle déchirure au niveau du dos, chaque montée est un véritable calvaire, on se demande quand tout ça va se terminer…

Je parviens au gymnase, 52kms en 7h30. Terminé pour moi malgré les encouragements de biketrun, Marioune et Le Bagnard… Vanessa ne dit rien, elle sait que si je pense ne pas pouvoir repartir, ce n’est pas du tout par manque de volonté. Je rends mon dossard, ça me fend vraiment le coeur. Je suis triste.

Je me douche puis attends. J’attends les copains qui sont repartis sur le 3ème boucle (bikoon, Ampoule31, VincentJ, Aleksou, TTR, etc.), puis les autres qui n’en ont pas encore fini de la deuxième, mais qui repartent sur la troisième (bravo land ! Quelle volonté, je ne te le dis pas sur le moment, mais je suis très admiratif…).
Le premier en termine en 8h et qq, impressionnant.
Puis les kikous arrivent, Bikoon en tête (avec un classement scratch de 10 !! waouh…), Ampoule31, et VincentJ suivent. Ce sera le podium Kikourou 😉
Puis Aleksou et TTR. tous ces gens sont dans les 20 premiers au scratch, c’est vraiment très fort !
J’étais déjà pas vraiment dans mon assiette, et de les voir tous terminer heureux, et moi d’être là comme un « con », je me sens nul, vraiment nul.

11 réponses à “Trail de l’Origole, il est venu, il a vu, il a perdu…”

  1. +1 avec Jac.

    Tu sais que le mental n’est pas un problème et ce n’est pas faute d’entrainements sérieux … Ton corps te lâche, comme le mien m’a lâché (certes à un moment moins crucial et à un tout autre niveau que le tien). On paye les pots cassés à vouloir faire de son corps une machine infernale sans lui laisser du temps pour faire une pause. Là, c’est une pause forcée, frustrante, blessante mais je pense finalement prévisible quand tu regardes ce que tu as fait en si peu de temps.

    Quand j’ai passé cette nuit à voir des gens blessés, cassés, malades, démolis … Je me suis demandé si j’étais dans un hôpital ou sur un stand de ravito … Où est passé le plaisir ?

    Repose-toi bien et prends du recul. Je serai toujours là quoi qu’il arrive.

    Bisous 😉

  2. Salut Stan,
    Je comprends que c’est difficile pour le moral, mais 52 kms c’est déjà un exploit. Je me suis blessé dernièrement dans un trail nocturne au bout de 15 bornes seulement. je pense que la nuit, on voit moins le relief, on se prend des coups…c’est assez spécial. Il faudra peut être se cantonner à des courses le jour, c’est ce que je me dis moi. J’ai l’impression que la course à pied est trop traumatisante, tu devrais penser au triathlon comme tu aimes l’endurance. La piscine et le vélo sont moins néfastes. Bonne récupération et relativise, c’est loin d’être un echec.

  3. Salut Stan,
    Je sais à quel point tu t’es accroché et dans quelles conditions. Jamais une plainte et toujours le petit « ça va  » qui rassure. En tout cas tu fais partie de ma course et donc un bout t’en reviens de droit. Merci pour l’esprit et le soutien. Tu as du courage c’est certain. Une bonne récupération et je repars pour un tour en ta compagnie. Bravo pour le trajet accompli car beaucoup n’y sont déjà pas parvenus.
    A bientôt.

  4. Salut Stan,
    un petit message de soutien parce que je me doute que tu dois être déçu, mais prend bien le temps de te reposer et n’essaie pas de revenir trop tôt. Le corps n’est effectivement pas une machine et il faut savoir l’écouter quand il demande du repos.
    A bientôt

  5. Sagesse et volonté vont de paire . Repose toi bien le momeS . Bravo pour ton courage sur cette course qui est déjà un exploit … n’oublie pas … c’est un début dans l’ultra trail 😉

  6. Merci à vous tous.

    Un 😉 plus particulier à Mehdi à qui je vais m’empresser d’écrire de façon plus personnelle (merci d’avoir laissé ton mail) car il a beaucoup compté pour moi cette nuit-là.
    Je ne sais pas comment tu as fais pour me retrouver, mais je suis vraiment content de te lire et de pouvoir communiquer avec toi. Gros coup de chapeau pour ton finish et ta 40ème place au scratch.

  7. Bravo Stan pour ces 2 boucles.

    Avoir finis la 2ème boucle avec tes problèmes au genou et au dos, c’est déjà un exploit qu’il faut souligner.
    Et tu as pris la bonne décision en abandonnant plutôt qu’en forçant et à compromettre le reste de la saison.
    2010 arrive et de nouveaux défis, objectifs, exploits se profilent.

    Pour la CCC, je suis sûr qu’il restera des places et que les points de l’Eco Trail te serviront 😉

    Etienne.

  8. Eh Stan!!!!
    Je ne peux que rejoindre les com’ qui ont déja été postés: tu n’as aucune raison d’avoir une aussi piètre image de toi même à l’issu de cette course. Je comprends bien ta deception car tu t’entraines dur pour réussir mais c’est déja énorme ce que tu as fait!
    Préserves toi et prends soin de toi! et n’oublies pas: le sport doit rester un plaisir, pour soi même et pour ton corps! Il faut que tu ne gardes de cette course que les contacts humains que tu as pu développés et l’entraide entre les coureurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.