Suisse Normande, le raid – 2016

Etre Normand et ne pas connaître la « Suisse Normande » – nom provenant de son relief accidenté – c’est fort dommage. Il aura fallu attendre ma 37ème année pour rectifier cet affront à ma région natale.

C’est donc affublés de l’étiquette de « ceux qui viennent du plus loin » que nous débarquons le samedi 14 Mai à la base de loisirs de Pont d’Ouilly, dans le Calvados, pour participer, avec Vanessa, au raid « sportif ».
52kms et 1100m sont annoncés, répartis entre les épreuves traditionnelles, à savoir VTT, Run & Bike, Trail et kayak.

55 équipes sont inscrites, 12 dans notre catégorie, la mixte.
Les organisateurs ont eu la drôle d’idée de nous attribuer le dossard N°1 (!) On va tenter d’assumer ce dossard habituellement réservé aux meilleurs.
Manque de bol avec les VTT, moi qui avait déjà promis à Vanessa d’échanger les selles pour qu’elle puisse profiter de mon VTT, plus léger que le sien, les tiges de selle ne sont pas du même diamètre :/ Et le temps est trop limite pour commencer à échanger juste les selles.

Il est 8h30, il fait 6 ou 7 degrés, top départ !
1km de trail en guise de prologue, pour échauffer les machines froides et engourdies des participants, et ce afin d’étirer le peloton et ne pas lancer la meute des raideurs tout de suite sur leur épreuve respective, à savoir la CO pour les dossards impairs, le Run & Bike, pour les dossards pairs.

Nous nous emparons de la carte de la CO urbaine et trottinons tranquillement vers la première balise. Pas de précipitation néanmoins, il vaut mieux perdre 30″ à bien étudier la carte et s’éviter des pas inutiles plutôt que se lancer trop rapidement et perdre du temps au final.
La CO de 3kms est très (très) facile et expédiée en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, 26 min.
Retour à la base de loisirs, Vanessa enfourche le VTT et je pars en courant, c’est le Run & Bike. 5kms qui s’avèreront moins tranquilles qu’espérés d’autant que je me trompe dès la première bifurcation où il fallait tourner à droite. On tire tout droit mais nous apercevons rapidement de notre erreur.
J’avais planifié 25min pour cette épreuve, nous la bouclerons en un peu moins de 29, la faute à des chemins boueux ou rocailleux, mais tellement agréables !

En route pour la première liaison en VTT. 15kms et 380D+, 7 balises à pointer.
Les 3 premières épreuves ont été bouclées en 57′, ce qui fait qu’il n’est plus du tout question de se préoccuper des barrières horaires que j’avais déjà trouvées TRES larges, le jour précédent, en étudiant la feuille de route.
Je tergiverse avec cette carte, je ne sais pas bien dans quel ordre il faut partir et puis on se lance.

Nous progressons bien et sommes entourés de 3 ou 4 équipes qui semblent suivre le même cheminement que nous, cela facilite les choses car on se rend compte qu’on a fait les bons choix d’orientation et les balises sont plus facilement trouvées (bien qu’elles n’étaient pas spécialement cachées) lorsque l’on est plusieurs aux mêmes endroits.

Arrivée au lieu du départ du trail, Je n’ai pour ainsi dire, rien mangé depuis le départ, c’est donc avec entrain que nous nous précipitons sur ce ravitaillement. Les bénévoles nous précisent que nous sommes premiers mixtes. C’est bien ce qui nous semblait vu qu’on n’avait pas encore vu une seule fille croisant notre progression depuis le départ, mais c’est bien de se le faire confirmer. A nous maintenant d’assurer.

Nous allons débuter la partie trail ; la distance est de 6.5kms  et il y a une « spéciale chrono » entre la 3ème balise et l’arrivée. Classement au temps établi sur ce tronçon qui récompensera les premières équipes de chaque catégorie.
Parcours très cassant sur la première moitié. Une erreur d’aiguillage plus tard, je râle car je trouve que la carte n’est pas claire, ce sont pourtant des cartes IOF censées être très précises…
Nous revenons sur nos pas au croisement où j’avais hésité 1′ plus tôt et nous élançons sur cette portion sans être totalement convaincu que nous sommes au bon endroit. Ouf, 4-5 minutes plus tard, la 2ème balise !
Je ne comprends pas non plus pourquoi la 3ème balise est si longue à apparaître étant donné qu’il reste 2 puis 1.5km avant l’arrivée, l’aurions-nous manquée ? Ca semble peu probable, surtout qu’on nous avait bien précisé au briefing que cette spéciale était clairement visible. Et puis, à la réflexion, en regardant mieux la carte, je comprends ; les lignes de niveaux très rapprochées lorsque nous aurons terminé de longer le ruisseau démontrent qu’on va grimper très raide dans la pente et je suppose que la 3ème balise, synonyme de départ de cette spéciale est probablement là… Quelques secondes plus tard, fin du suspense. Je dis à Vanessa de commencer la montée, je pointerai la balise quelques temps plus tard afin de gagner quelques secondes… Qui ne l’a pas fait, hein ? 😉

Retour au ravito, il y a bien plus de vélos que lorsque nous sommes arrivés !

Une courte liaison VTT de 4kms avant de parvenir à l’épreuve que nous redoutons le plus, le kayak!

On enfile nos gilets de sauvetage et c’est parti !! Le gars nous précise que le plus expérimenté doit se mettre à l’arr.. Puis il se ravise et nous dit, enfin vous devez savoir… Sans doute qu’il pense que vu notre classement on est habitués.. Pas vraiment en fait, c’est seulement le second raid que nous faisons ensemble (!), le 4ème pour moi.

Nous avançons de manière très convenable, ça me rassure. Vanessa aussi probablement. Je reste néanmoins toujours méfiant avec cette épreuve que j’appréhende toujours et lors de laquelle je m’irrite facilement, c’est pourquoi je dis à ma coéquipière d’arrêter de me parler car je préfère me concentrer sur le pagayage d’autant que je suis vite essoufflé.

Première balise, je n’hésite pas une seconde, les pieds dans la flotte ! La seconde est sur la berge, derrière des orties, des arbres morts… Nous avons bêtement suivi nos prédécesseurs qui se sont arrêtés un peu trop tôt alors qu’il aurait fallu contourner cet ilôt pour plus de praticité.
La troisième balise est laissée de côté afin que nous allions chercher la plus éloignée. Demi-tour jusqu’au point de départ en n’oubliant pas la 3ème balise qui nous aura donné à tous (3 équipes étaient là en même temps) du fil à retordre. Bien planquée, il aura fallu attendre qu’une des équipes la voient pour que nous nous précipitions tous dessus.
Retour à la rame, motivés plus que jamais d’autant que nous n’avons toujours pas croisé une seule femme ! Ce sera néanmoins chose faite quelques coups de pagaies plus tard.. Néanmoins nous sommes sur le retour alors que les seconds débutent seulement l’épreuve. J’estime qu’on a donc au moins 20′ d’avance sur nos successeurs. De très bon augure…

Vanessa s’étire longuement après le kayak car après avoir souffert de crampes à plusieurs reprises pendant la section, il valait mieux faire le nécessaire maintenant pour ne pas être ennuyé par la suite. Je m’aventure à tenter de remonter le kayak tout seul, impossible ! Vanessa m’aide finalement, et puis une photographe a pitié de nous, ainsi qu’un bénévole… Merci 🙂

Encore un peu de VTT avant de rejoindre la dernière CO. Parcours très agréable et facile, parfait pour l’après-kayak. 1 balise à retrouver sur le parcours.

Il y a 12 balises à retrouver sur cette CO. Rien à voir avec la CO urbaine très facile du matin, celle-ci est « nature » à travers tout, il va falloir être vigilant. Ca commence déjà très fort, nous pointons la première balise, la 12, alors que je pensais qu’on arrivait sur la 10, tout à fait à l’opposé de là où nous sommes (!!!). Mauvaise lecture de carte mais pas gênant pour la suite, plutôt que de suivre les balises dans le sens horaire, on le fera en sens anti-horaire.
Ronces, orties.. composent notre parcours.
Une équipe nous aide bien à un moment car on était clairement dans le flou.. Plus tard, c’est nous qui aidons d’autres équipes, c’est le jeu !
La 8 a retenu toute l’attention des équipes car très compliquée à trouver, nous étions au moins 4 équipes à tourner autour avant que je ne tombe dessus plus ou moins par hasard.
La dernière est pointée, fin de la CO et retour sur le VTT pour les 3kms finaux en descente.

Nous filons sur cette route à plus de 50km/h (52,6 très exactement ! Brrr.. En VTT ça fait un peu flipper..) et manquons de nous encastrer dans une voiture venant à contre-sens et qui n’a rien trouvé de mieux à faire que de doubler et se retrouver face à nous. J’ai très copieusement insulté (le mot est faible) cet énergumène.

Victoire en 5h27 sur les 12 équipes mixtes ayant pris le départ, et au-delà de cette satisfaction, plus encore est notre classement scratch de 9ème sur 55 équipes engagées. Et à 30′ « seulement » des premiers.
Repas d’après-course juste excellent ! Avec une tergoule en dessert 😮 😮 😮

De bonnes chances qu’on revienne l’an prochain pour le raid extrême sur 2 jours dans cette région si magnifique <3
Accueil et organisation topissimes, bénévoles et signaleurs toujours avec le sourire et serviables, génial ! MERCI !
1. Les Flériens – 4:58:52 (1er scratch)
9. Madres (nous ^^) – 5:27:40 (1er mixte)
19. Trailers du Pays d’Auge  – 06:06:12 (2è mixte)

Trace : https://www.strava.com/activities/578235230/analysis

Une réponse à “Suisse Normande, le raid – 2016”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.