Run Rail Bike – La Molignée 2019

Récit écrit à 4 mains (Vanessa et moi) :

Ce 3 mars 2019, à Sommière, en Province de Namur, le temps est comme qui dirait très maussade ; pluie, vent. Un temps de saison. Rien de bien motivant en somme pour participer à une épreuve du Raid Trophy, le Run Rail Bike, appelé également La Molignée.
Au programme des réjouissances, 22km de VTT, 4km de draisine, 8km de trail et 8km de nouveau sur le vélo. Et tout cela en binôme. Vanessa m’accompagne.

Les hostilités débutent à 10h. Je me remémore intérieurement, un brin nostalgique, les courses de VTT auxquelles je participais adolescent, et où il fallait jouer des coudes pour s’extirper du peloton de coureurs massés sur cette ligne de départ.

J’observe que nous doublons rapidement le seul duo mixte placé devant nous au départ. Mais, plus loin, alors que nous avons déjà traversé quelques chemins campagnards annonciateurs d’un trop-plein de boue pour la journée, c’est un autre duo qui nous dépasse, le gars poussant copieusement sa partenaire lorsqu’il le pouvait – ce n’est pas interdit –. Voyant cela, je m’exécute de la même façon à mon tour dès que le terrain s’y prête.

Nous dépasserons les premiers mixtes quelques hectomètres plus loin, lors d’un passage rendu technique par l’état du terrain.

Les km s’égrènent sans que nous ne voyions plus aucun des duos mixtes à nos fesses. Je galère à tel point avec mes binocles à travers lesquelles je ne vois pour ainsi dire RIEN, étant donné les kilos de boue qui s’agglutinent dessus, que je les refile à une signaleuse croisée sur la route. J’aide comme je peux Vanessa dans les parties moins roulantes, et pousse même nos 2 VTT lors de montées trop raides afin qu’elle ne s’épuise pas ; Notre rythme est bon, on espère conserver notre rang.
Ma montre affiche 19-20km lorsque nous parvenons et reconnaissons le ravel sur lequel nous avions roulé 2 semaines plus tôt lors d’une sortie très improvisée reliant Dinant à Namur. Nous remontons la voie de chemin de fer et croisons des concurrents sur leurs draisines.

Départ comme des fous furieux sous une pluie battante et un vent à décorner les taureaux ! Tu sens que t’es entouré de « gros mollets » qui ne sont pas venus enfiler des perles … Ça monte rapidement, ça devient boueux et technique rapidement et une nana me remonte rapidement. Je me dis rapidement que ça va être tendu !

Heureusement, les parties techniques sont à mon avantage et nous redoublons ce 1er binôme mixte qui restera derrière nous un bon bout de temps.

Parcours vraiment dur, boueux, venteux, … On reprendra un chemin emprunté il y a deux semaines lors de notre sacrée sortie VTT (53km 1000mD+) Dinant-Namur… Je me dis que ça va être compliqué car ce coin est beau mais difficile.

22km en 1h11 , nous plaçons nos VTT en face de notre numéro de dossard – soit le 41 – et enfourchons au pas de course notre carosse. Il faut de nouveau pédaler et apprivoiser la bête ; Pas simple car on se retrouve vite à mouliner comme des dingues pour un résultat assez approximatif. On peut dès lors relâcher les jambes et admirer le paysage, très chouette région !

Nous croisons rapidement un binôme mixte qui en termine du VTT mais pas ceux qu’on pensait être derrière nous (nous verrons plus loin qu’ils étaient bien les 3ème mixtes et que nous n’avions pas vu les 2ème).

La balade sur le rail s’achève après 4km (13’33) en même temps que nos inquiétudes quant à un éventuel déraillement du bazar ^^

Après l’éclate en draisine, le stress monte. Partie redoutée (pour moi) alors que c’est « mon » sport de base : les 8km de trail. Je ne suis pas douée sur du court et encore moins après 22km de VTT dans les pattes !

Nous sommes à cet instant toujours première équipe mixte.

Le trail de 8km débute, discipline pour laquelle nous sommes plus faibles a priori. A peine les premières foulées entamées que nous voyons déjà nos concurrents directs revenir rapidement sur nous.
Parcours vallonné mais assez facile avec alternance de chemins campagnards et bitume. Nos poursuivants nous dépasseront à mi-parcours sans jamais nous lâcher complètement. La preuve, ils bouclent le parcours en 45’09 tandis que nous l’effectuons en 46’53.

Retour au départ des draisines, pour la dernière étape en VTT de 8km.

Après 2/3 km, ce que je craignais arriva, LE binôme nous redouble … J’ai les boules. S’ils sont si proches c’est qu’elle n’est pas si mauvaise que ça en VTT et que la 1ère place sera très compliquée à atteindre pour moi… Je relance bien dans les descentes, je ne gère pas trop mal, Stany me félicite et m’encourage jusqu’au retour de la partie VTT.

Les premiers mixtes sont rapidement rattrapés (ils avaient des pédales automatiques et ont dû changer de chaussures lors de la transition) au pied d’une très longue côte caillouteuse. Je prends de nouveau le VTT de Vanessa que j’amènerai jusqu’en haut au prix d’un effort, pas insurmontable, mais franchement épuisant, je commence à accuser le coup moi aussi. Et Vanessa peine à relancer sur le vélo après 2h30 d’efforts.

On ne s’arrête pas, on repart cash et on retrouve très vite le 1er binôme mixte (qui a perdu sa courte avance en changeant de godasses …). Je suis reboostée, Stany prend mon VTT quand les montées sont vraiment impossibles, je fais mon max et il me pousse pour les relances. 

Les premiers s’envolent, nous ne les reverrons pas.. Je m’inquiète alors de savoir si nous conserverons notre 2ème place.

On fonce dans les descentes (je prie pour éviter les barbelés loool) mais on enchaîne tant de montées compliquées qu’on perdra de vue ce sacré binôme (qui se débrouille visiblement mieux que nous au final).

J’encourage Vanessa, je lui dis que nous ne sommes plus loin, que vu le nombre de kms restants, ça devrait être plat jusqu’au bout… Et plus loin… « bardaff, c’est l’embardée » (pour mes nombreux lecteurs Français ahahah, c’est une expression Belge ^^), on descend à fond de cale sur la route dans la vallée ! Ce qui implique a fortiori, une grimpette à suivre.

Je crois entendre une femme au loin revenir sur nous, je multiplie mes encouragements vers Vanessa, je ne suis plus non plus au top de la fraîcheur.

Je souffre vraiment dans les derniers kilomètres et je me mets littéralement à chialer quand Stany m’annonce qu’un mixte nous remonte !!!!! QUOII ???!!! Pas 3èmes non, non, non pas 3èmes !!! On ne va pas se faire doubler à 2km de l’arrivée hein !!! Des coups d’aiguilles dans les reins, j’en ai plein le dos au sens propre comme au figuré. Stany se demande tout haut quand on en aura fini avec ces chemins « merdiques » je réponds par « oh ouai putain ! ».

Nous reconnaissons Sommière, c’est la fin. Quelques détours dans les environs après 11km de VTT il me semble et nous franchissons la ligne d’arrivée en 2ème position 5’30 après les premiers. Le podium est complété par un binôme arrivant tout juste 45’’ après nous. Ouf, c’était juste !

On arrivera 5min après les premiers et 1min avant les troisièmes. Je rage au fond de moi… 5min bordel c’est rien quoi ! Et en même temps j’ai tellement tout donné que je me vois mal me reprocher quelque chose.

Une belle sortie dans une région que nous connaissions à peine, 3h02’24’’ et un podium. Que demander de plus ? Les premiers hommes mettent 2h17.

Classement scratch : 29è/67
Classement mixte 2è/14

Je n’ai quasiment rien mangé, presque pas bu … La douche et les 2 bols de soupe font du bien mais le retour en voiture est compliqué. J’ai des nausées, j’ai mal au crâne et je veux dormir … Je dois boire, boire, boire, … Je me rends compte que je suis vraiment déshydratée. Grosse maligne, je n’ai pas bien géré ce point, ça je peux me le reprocher !

C’était dur mais c’était tellement joli. Dommage que la météo était si moche ! On regarde déjà pour participer à un des autres raids de ce « Challenge Raid Trophy » … Vraiment chouette de se dépasser en couple, des moments privilégiés comme je les aime.

Reportage MaTélé

3 réponses à “Run Rail Bike – La Molignée 2019”

  1. Super admirative de vos exploits!!! bravo à tous les deux!
    Et très beau récit, on est complètement dedans avec vous. Merci de partager cela. Ca donne envie de s’y mettre… 😉

  2. Encore bravo à tous les deux…. difficile, on le ressent bien, mais la récompense est au bout ; et, se donner des challenges à deux, c’est formidable.
    Magnifique récit à quatre ✋.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.