Raid bassin minier 2011

10 jours avant le départ, il aura suffit que l’organisateur du raid fasse une piqûre de rappel via le groupe Facebook des raids et trails Belges pour que je sois délesté de 50€ quelques jours plus tard…
Mais ces 50€, je crois les avoir dépensé de belle façon.
Le raid, un truc qui me titille depuis un moment, et pour lequel je n’ai jamais osé me lancer.
Ca tombe plutôt pas mal ; Je n’ai rien de prévu ce week-end là et des amis de la team Madres y participent…

En avant !

5h45, samedi 24 septembre, je pars de chez moi. Vu mes nuits agitées en ce moment, un réveil autour de 4 ou 5h ne me fait pas plus d’effet que ça.
Je rejoins Vincent sur l’aire d’arrivée du premier jour, à Condé sur Escaut. Il est 6h15.
Je ne reprendrai le volant qu’à 01h45, dimanche matin..

On rejoint JF chez lui, Ludo et JF, notre assistant/photographe débarquent à leur tour (oui parce que sur un raid, il faut un larbin. Merci JF pour la logistique ! 😉 ).
La 307 break ne sera pas de trop pour charger 4 VTT, 4 sacs de sports ENORMES, 5 bonshommes surmotivés et tout un tas d’autres trucs indispensables (outils, bouffe, etc.)

Nous rejoignons Bois-du-Luc, sur le secteur de la Louvière. Ancienne cité minière, le coin est bien sympathique. Pas mal de terrils autour de la ville ainsi qu’un superbe musée dans lequel nous aurons eu le privilège de rentrer pour un jeu de pistes.. Mais j’y reviendrai plus tard.
Il ne faut pas que j’oublie d’en parler, ni de ça, ni du run&bike, du canoé, du trail, du death ride, et du VTT.. Pfiouuuuuu mes récits ne sont pas spécialement courts habituellement, mais là, avec tout ce qu’il y a à dire, je vais mettre 3 jours à l’écrire ! (edit : 2 en fait)

Nous entrons dans la salle pour récupérer notre dossard, un charmant petit-déjeuner nous attend déjà.
Dossard.. hmm.. Il y a bien plus qu’un dossard dans tout ce barda en fait.. Il y a des cartes, des petits cadeaux et un bidule avec un code-barres !
Personnellement, et comme c’est une première, tout n’est que découverte pour moi. Les cartes, c’est parce que le raid, c’est pas fléché, tu te débrouilles ! Et le bidule, tu le mets au doigt, et ça te permettra de valider toutes les balises croisées. Exit les vieux poinçons dans des fiches cartonnées. Place à l’électronique !

Briefing à 09h00 après que nous ayons enfilé nos tenues de combat.
Quelle tenue de combat choisir d’ailleurs ? Cette question je me la suis posée à J-1 en faisant mon sac. Et j’y ai répondu en prenant au moins 5 t-shirts toutes tailles et formats, 3 paires de baskets, ainsi que des shorts allant du plus court au collant ! Ce qui représentait au final un sac complètement démesuré !
Cette question donc, je me la suis reposée à 9h.. Et puis, vu le temps superbe, vu que le trail n’est que de 5kms et vu qu’on a ensuite un run&bike suivi d’une liaison en VTT, je privilégie le cuissard rembourré aux fesses !

Trail 5kms

09h30. Le briefing se termine, nous démarrons le trail. Je prends clairement le truc à la légère.. 5kms, c’est quoi ça ? un tour de pâté de maison ? lol
Bon, et puis après nous avoir baladé un peu dans la ville, nous trouvons notre première balise (sauvage. Pour les incultes comme je l’étais il y a encore 3 jours, qu’est-ce qu’une balise sauvage ? Ce sont les balises qui sont placées aléatoirement sur le parcours, sans être repérées sur la carte) au pied du terril dont on a entièrement fait le tour avant d’entamer la grimpette, longue et au cours de laquelle nous avons croisé masse de personnes qui en redescendaient déjà.
En haut, de nouveau, balise !
On pointe le doigt. « ding ».. C’est bon, on peut repartir, balise validée !

Nous revoilà au point de départ, à l’entrée du musée.

Ici, nous commençons notre « jeu de piste ». C’est à toute une série de questions qu’il nous faut répondre. Des indices sous forme de photos nous permettent de trouver les

réponses parsemées ici et là, dans le musée, puis à l’extérieur, dans la ville, que nous parcourons au pas de course.
La difficulté n’est pas importante au niveau du questionnaire, avant d’arriver à la dernière question où il faut trouver le point commun entre les ascenseurs à bateaux

(quelques photos ici) et le Taj Mahal. On parvient tant bien que mal à en déduire que les ingénieurs qui ont construit le Taj Mahal se sont inspirés des ascenseurs à bateaux. A moins que ça ne soit l’inverse ?? Et je ne trouve pas vraiment l’info sur le net.. Bref !

Retour au trot à notre premier point de rdv avec JF (number 2, « l’assistant »).

Run&Bike 11kms

Bon, j’ai clairement envie de galoper, je refourgue mon VTT à JF. Vincent m’emboite le pas tandis que Ludo prend le second VTT.
C’est parti, et bien parti, on est à 16km/h à ma montre.. lol
Plus loin, JF et Ludo lâchent déjà les vélos et prennent le relais de la course à pied pendant que nous enfourchons nos bécanes à pédales qui nous permettent de souffler.

Nous gérons superbement notre affaire je crois car nous reprenons et dépassons beaucoup de binômes sur cette épreuve.
Le parcours n’est hélas que du bitume, moyennement réjouissant car longeant les canaux sur des lignes droites qui n’en finissent plus.
L’arrivée est atteinte, rapidement. Epreuve bien gérée je crois !

VTT 23kms

Le VTT… Mes premières amours. Une discipline où j’étais très bon.. Il y a 14 ou 15 ans déjà.
Je ne m’en fais pas trop donc.
Hmmm.. J’aurais dû prendre ça moins à la légère !
Déjà ça fait pas 400m qu’on est parti que je repère le caméraman,et je fais donc le kakou devant en oubliant de tourner lol.. demi-tour. Bon je vais me mettre dans le rang et suivre mes collègues menés à train d’enfer par JF (l’autre !) et Vincent qui allument sacrément je trouve. Je suis l’allure mais je ne suis pas au mieux de mes mollets d’antan.

Nous voguons dans la campagne Belge qui s’avère être beaucoup moins monotone et triste que ce à quoi je pouvais m’attendre.
Surtout après le run&bike triste à mourir.
L’un d’entre nous, Vincent pour ne pas le citer, mord la poussière à plusieurs reprises, ça me fait bien marrer.
Moi, pendant ce temps-là, alors que le sentier s’est considérablement rétréci et que nous sommes quelques-uns roues dans roues, je m’accroche royalement la main gauche sur un barbelé.. Ouie.

Nous approchons du terril de l’Héribus, avec sa terrible montée que nous effectuerons, JF, Vincent et moi à pied, Ludo nous gardant nos VTT. Hop, balise enregistrée, on redescend et enfourchons de nouveau nos vélos..
Nous sommes sur le parcours du Nightrail de Frameries. Faire équipe avec l’organisateur de ce trail nous aide bien, il est en terrain connu !
L’arrivée de ce tronçon VTT se trouve au Pass (Parc d’Aventures Scientifiques). Ici, il faudra nous séparer, 2 iront sur la Course d’Orientation, 2 autres sur le « Death Ride ». Mais avant tout, mangeons notre maigre pitance, un demi-sandwich, amené par JF !

Death Ride

Le fait que JF et Vincent décident directement de nous laisser leur place sur le Death Ride, parce qu’ils l’ont déjà fait, m’emplit de joie ! D’une part car de la CO pure, je n’apprécie pas spécialement, et d’autre part faire une épreuve « à sensation » me plaît bien plus.
Death Ride. Que se cache-t-il donc derrière ce nom barbare ?
Une tyrolienne.
Départ en haut du chevalet, qui culmine à une hauteur de 64m, pour une descente vertigineuse avec une arrivée sur le plancher des vaches quelques secondes plus tard, alors que nous avions mis bien 5 minutes à atteindre le haut !

Ok, épreuve validée là encore, nous retournons nous poser à l’ombre des voitures en attendant les orienteurs qui tournent toujours sur le terril.

Roller 6kms

Bien 3 ans que je n’ai pas enfilé mes rollers, ça va être beau tiens..
Vincent sur sa trotinette (ouais, on pouvait faire la distance en trotinette si on voulait lol), et les 3 autres sur leurs rollers, nous voici partis pour 6kms de folie !!
Et finalement, après quelques glissades peu maîtrisées, je retrouve hyper rapidement le sens de la marche et suis parfaitement à l’aise (bon OK, je ne sais toujours pas freiner et il y a des routes à traverser..!)
Nous n’avons pas fait 300m que Ludo jette l’éponge, nous ferons l’épreuve sans lui.
Les kilomètres défilent rapidement, JF manque de se crasher contre une barrière lors d’une chicane prise un peu trop rapidement (^^) et nous rallions le Grand-Hornu, lieu de départ de la grosse liaison VTT jusqu’à Bonsecours, en France. La traversée du site du Grand-Hornu est proprement hallucinante, je n’avais jamais vu pareil truc en belgique, c’est vraiment magnifique, et donne envie d’en savoir plus… Ici pour les curieux : http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Grand-Hornu

VTT 43kms

Bon, les choses sérieuses commencent.
Il est environ 15h30 quand nous montons sur nos fidèles destriers. Nous devons impérativement rejoindre Bonsecours avant 18h, barrière horaire au-delà de laquelle nous ne pourrons pas nous élancer sur le run&bike.. Autant dire que 43kms en 2h30, c’est pas gagné !
Un premier terril est passé, monté en marchant à côté du VTT, une balise est validée en haut. Et une descente cahoteuse (je l’ai appris récemment, on ne dit pas cahotique, hé ouais !) plus tard, presque intégralement faite là aussi à pied vu l’état du chemin, JF nous propose de passer au mariage de deux de ses collègues, dans son collège !
On n’hésite pas très longtemps et on décide donc de sortir du parcours, au risque de manquer une balise sauvage, pour aller se faire offrir un kir… Je vous passe les détails de l’étonnement des convives, sur leur 31, quand ils ont vu débouler 4 gars crasseux sur leurs VTTs en plein mariage ! lol
Mais l’accueil a été très sympa, et le verre, rafraichissant !
Bon, c’est pas tout ça, on a une épreuve à terminer.. 10 min plus tard, nous voici repartis sur nos vélos, à travers champs, terrils et forêts.

Un terril justement, en voilà un. Et la carte nous indique qu’il y a une balise dessus.
Nous voici donc repartis à escalader cette nouvelle « montagne ». Nous retrouvons là-haut pas mal de concurrents, qui tournent, qui cherchent, qui s’énervent. La balise est visiblement très bien planquée.
Après 30 bonnes minutes de recherches, et d’après les indications obtenues par Ludo, nous trouvons une balise, mais nous comprenons trop tard que c’est une balise sauvage et pas celle que nous cherchions ! Comme chacun était parti de son côté, on se perd tous de vue les uns après les autres, on attend, on va rechercher celui qui s’est perdu ou qui est parti à la recherche d’un autre.. Bref, gros bazar sur ce terril. Dans l’intervalle, JF aura trouvé la fameuse balise, mais n’avait pas avec lui le « doigt » pour la pointer. Dommage..

Plus loin, beaucoup plus loin.. On passe à proximité de Thulin, autrement dit, à 200m de la maison de JF, et c’est ici que la seconde partie du VTT, au road-book, commence. Jusqu’alors, il « suffisait » de suivre la carte, maintenant, nous n’avons plus que des schémas représentant un carrefour avec le bon sentier à prendre et une distance à respecter.
Je prends en charge les distances que je pointe grâce à mon GPS, et qui me sont données par JF. « 800m, fourche à gauche », « 960m, sentier à droite ».. Et il ne faut pas se louper car on peut dépasser un chemin sans s’en rendre compte, ou, à l’inverse, tourner trop tôt. Exactement ce qu’a fait cette équipe que nous remontions petit à petit après Hensies. Elle a bifurqué sur la droite plus tôt que prévu, ce qui nous a permis de les dépasser.. Sans même qu’ils s’en rendent compte !
Le rythme en VTT est soutenu, enfin moi je le vois comme ça. Je suis le mouvement mais clairement, je suis à bloc. Ludo fait le yoyo lui aussi.

Sur cette fin de parcours, 2 balises sauvages. Qui donnent chaque fois l’occasion de nous arrêter et pointer. A la réflexion, pas sûr que ce soit un bon plan car ces arrêts forcés tuent les jambes quand il faut repartir..
Il reste 3kms à ma montre, nous allons atteindre les 100kms depuis le départ, je ne suis plus très frais ! Vincent ironise en disant que ce serait trop bête qu’on n’ait pas le droit de partir sur le run&bike.. Intérieurement, je ne dis rien, mais j’avoue que ça ne me déplairait pas non plus !
Nous parvenons à Bonsecours, la liaison VTT est terminée, 100,8kms au compteur, il est 18h50. Ils ont accepté des départs sur le run&bike jusqu’à 18h30 finalement, nous sommes donc contraints de remonter en voiture pour rejoindre le bivouac, à Condé sur Escaut. A 20min près… Mais je crois que tout le monde est bien content.

Fin de la première partie..  9h26 de course : http://connect.garmin.com/activity/117302443#

———————– ¤ ———————– ¤ ———————–

Condé sur Escaut, il est 19h passé, nous pouvons enfin souffler un peu. On enfile des fringues confortables, les gars installent leur tente pour la nuit prochaine puis nous partons en bus jusqu’à la salle dédiée au repas. Et quel repas ! Ravioles à volonté, de toutes sortes, à la ricotta, sauce tomate, aux bolets, aux 5 fromages… Excellent !
Nous discutons avec une équipe avec laquelle on s’est pas mal tiré la bourré lors du run&bike. Une équipe mixte avec une nana qui dépotait sévère en course à pied !

De retour sur le bivouac, à 21h, nous avons 2h à tuer avant les épreuves nocturnes, un trail de 12kms et une balade en canoé de 5kms. Je parviens à m’endormir une vingtaine de minutes dans ma voiture quand Vincent frappe à mon carreau. Allez, hop, hop, on se prépare pour aller courir ! (Sérieux, faut vraiment être débile.. lol)

Trail 12kms, en nocturne

J’enfile du long, met mes guêtres pour éviter d’avoir les pieds mouillés dans le canoé, et, une fois les retardataires arrivés au briefing, nous nous élançons, en queue de peloton, sur le trail nocturne, toutes frontales allumées. Vincent et Ludo ne sont pas au mieux, Ludo surtout qui se traîne un point de côté depuis le départ.. Nous nous arrêtons à plusieurs reprises et perdons de vue le peloton qui s’étire le long de l’étang que nous longeons depuis le départ.
Nous sommes définitivement seuls et il nous faut donc sortir la carte pour nous orienter, ce qui occasionnera d’ailleurs une petite erreur d’aiguillage au début, vite remarquée et corrigée par JF.
Nous rejoignons 2 gars avec qui nous faisons un bout de chemin, puis croisons des autochtones noctambules imbibés d’alcool auprès de qui je préfère ne pas m’attarder mais qui insistent pour nous indiquer le (bon ?) chemin. Qui se révéla en effet être le bon chemin !
Il nous reste 2 bons kilomètres de course à pied.. Et nous croisons sur le canal les premiers… En canoé ! lol
1h22 que nous avons démarré cette épreuve, c’est fini.

Canoé 5kms, en nocturne

Ludo et moi embarquons sur notre galère (le mot n’est pas anodin) devant Vincent et JF qui font bien de prendre leur temps.. Nous sommes tellement mauvais avec Ludo qu’ils ne tardent pas à nous rattraper, nous doubler, nous devancer.. et nous lâcher définitivement dans la nuit noire, simplement éclairée de nos frontales.
Le bateau ne file pas droit, ou plutôt, nous ne parvenons pas à le maintenir droit !
Ca m’énerve, Ludo reste zen mais moi je commence sérieusement à en avoir marre là j’avoue. J’aimerais qu’on en termine et le fait que cette journée s’achève par du canoé, qui n’est vraiment pas ma tasse de thé, ça me barbe..
2 balises sont validées, un gars sur son canoé nous a indiqué plus tôt qu’il fallait se méfier car certains passages étaient très peu profonds.. Je ne veux pas croire qu’il faudra mettre les pieds dans l’eau pour tirer le bateau qui se sera échoué sur le fond.. Non, ce n’est pas possible, ils n’ont pas pu nous faire ça.
Il faut pourtant se faire une raison.. On ne bouge plus. Limite, on recule même car nous sommes à contre-courant !! Pff quelle galère, ça me saoule encore plus.
Allez on tire le bateau, il reste un bon kilomètre.. Qui sera le pire de l’épreuve. Il faut souvent se remettre à l’eau et tirer le canoé, c’est tuant, et ça ne nous fait pas avancer plus vite, au contraire.
Nous arrivons un peu vite sur la dernière balise à pointer, Ludo la voit au dernier moment, il faudrait donc qu’on ralentisse mais je refuse, j’en ai plein le dos, je dis à Ludo que je suis sur le parcours « découverte », que je m’en fous.

Allez hop, on file vers l’arrivée, on débarque le raffiot, et on arrête le chrono. Fini, enfin ! http://connect.garmin.com/activity/117302406#

Les 3 compères filent sous la douche puis rejoignent leur campement tandis que je me change et rentre rapidement chez moi pour une douche et un repos bien mérités..

J’attends les photos officielles, et celles de JF !

3 réponses à “Raid bassin minier 2011”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.