100 kms, c’est long !

97ème km, je marche une dernière fois avant de passer symboliquement une ligne imaginaire à laquelle je pense depuis plus de 13 heures. Enfin.
Voici que s’achève une longue journée… Trèèèèèèèèès longue. Récit.

Le réveil était pourtant programmé à 5h mais, réveillé à 4h, je n’ai pu me rendormir. Je me lève donc à 4h30, déjeune tranquillement, passe le bonjour aux derniers couche-tard sur Facebook, puis réveille Manu et me prépare, ça crachine dehors…

Nous partons à 6h après que des éboueurs nous aient salué et encouragé. Sympa !

Nous retrouvons JS 2,5kms plus loin, à 6h15, et nous nous élançons sur les trottoirs parisiens ; JS et moi en courant, Manu sur son VTT. Il pleut.

Pont du Garigliano, un chauffeur de bus, très intelligent, nous arrose copieusement en passant à fond de cale dans une belle flaque qu’il aurait sans doute pu éviter. Bravo champion.

Arrivés à Saint-Cloud, il faut monter récupérer la D907. Pas de chance, on se perd et on fait quelques hectomètres supplémentaires avant de retrouver notre chemin. C’était la première montée de la journée, elle s’est effectuée en marchant comme il m’avait été conseillé de faire, à partir du moment où ça grimpait.

Plus loin, le jour se lève, il ne pleut plus, nous traversons pas mal de villages, toujours sur les trottoirs et dans les gaz d’échappement, puis nous arrivons dans les Yvelines (78). Nous quittons enfin cette route départementale pour atteindre la forêt de Marly, bien plus agréable, malgré le fait qu’elle longe sur quelques kilomètres l’autoroute A13.

42,195kms. Le marathon est atteint à Maule, en 4h54… La route est loin d’être terminée pourtant !
JS commence à trouver le temps long, mais voici que se dessine au loin Mantes-la-Ville. Le panneau annonciateur d’entrée d’agglomération est pour nous l’occasion de prendre une photo. JS s’arrête, objectif accompli pour lui, moi j’en suis à un peu plus de la moitié.

61kms. Ravitaillement chez ma cousine, Nathalie. Il est 13h15.
Qu’elle fait du bien cette soupe aux carottes ! 45 minutes plus tard, il est temps de repartir. Je me suis changé, j’ai des vêtements secs et je suis motivé plus que jamais. Merci Nath’ !!

On arrive ensuite sur un plateau, et ça souffle ! Ca n’aide pas.. Sans compter que la pluie s’invite de temps à autre, comme elle aura fait quasi toute la journée 🙁

Arrivée chez Lara, ma marraine, quelques étirements, un coca, Manu troque le vélo pour les baskets, Lara monte sur son VTT, et nous voilà repartis. Nous sommes à 71kms, Manu part pour 30kms à pied, après les 70 déjà avalés en vélo (!)

Prochain objectif, Pacy/Eure où mon père nous attend… Pour finir la course avec nous… Une histoire de famille la course à pieds !

Juste avant d’arriver, violentes douleurs au niveau du petit orteil du pied droit… On examine ça sur place, bouh… Méchantes ampoules, c’est moche et surtout, ça fait mal. Ma mère me pose un pansement anti-ampoules là-dessus, et c’est reparti. 88kms, on est presque arrivés…
200m après avoir redémarrés, une de ces 2 foutues ampoules (à moins que ce ne soient les 2 ?) éclate, je serre les dents, j’ai très mal sur le moment mais je ne veux pas m’arrêter.

91ème kms, je marche, je m’étire, pour la dixième fois de la journée au moins. Petits calculs rapides dans ma tête, je me donne comme objectif de m’arrêter tous les 3 kms jusqu’au bout… 94… 97… 100. Ca tombe juste, ça me plait. Les kilomètres défilent, lentement, trèèèès lentement, je stoppe à 94kms, comme prévu puis repars. La nuit s’installe, mon père dégaine la frontale. Allez !

95,7kms (ouais, c’est précis car ça m’a particulièrement marqué. Mon parcours aurait pu se terminer là…), en traversant Hardencourt-Cocherel, surgissent du bar du coin, 2 chiens dont un me chique le mollet. Mon père juste derrière moi lui balance un bon coup de latte, se trouve déséquilibré et se mange un poteau (loool papa !!). Inutile de dire que le proprio du chien s’est fait copieusement traiter par les 3 joggeurs ! Plus de peur que de mal au final, on repart. Je saigne légèrement, rien de méchant.
97 kms, dernier arrêt « marche », j’appelle ma mère pour lui dire de venir nous chercher dans 20 minutes… Nous courrons les 3 derniers kms vaillamment, je suis euphorique.

100 kms, juste avant le panneau Autheuil-Authouillet. Ca y est, je l’ai fait, je suis heureux et soulagé.
Nous rentrons à la maison en voiture, il se met à verser pile à ce moment-là (ouf, on l’a échappé belle).
Douche et massage très appréciables, puis repas divin à suivre !

Remerciements spéciaux à mes suiveurs, et plus particulièrement à Manu qui est resté avec moi depuis le départ.
Merci à Vanessa d’avoir retranscrit sur le blog mes impressions tout au long de la journée.
Et un énorme merci encore à tous ces gentils messages d’encouragement qui m’ont véritablement réchauffé le coeur.

Pour terminer quelques chiffres, 3L de boissons bues (grenadine, eau, coca), + de 2kgs perdus, 5 ampoules, une moyenne de 7.6km/h pour boucler la balade en 13h15. 780D+ 770D- parcours relativement plat donc.

Vidéos de cette folle journée…

Et des photos..

http://picasaweb.google.fr/stanymi/1024ParisEvreux100kms?authkey=Gv1sRgCILzlemcpajLowE#

20 réponses à “100 kms, c’est long !”

  1. Chouette récit sur ce fabuleux challenge!

    Encore un grand bravo à toi forcement, mais aussi à tes accompagnateurs, ils se sont tous surpassé d’une manière ou d’une autre!

    Bisous 🙂

  2. Il l’a fait … Bravo gamin … Suis IMPRESSIONNEE … Ma question maintenant c’est comment je vais pouvoir te suivre après un tel exploit sur le trail blanch????? Aie aie …

  3. Félicitations, hors cadre d’une course, c’est encore plus difficile de se motiver et de tenir, cela donne envie de réaliser ce genre de défi personnel. Encore bravo

  4. Encore BRAVO à toi mon fils. Je crois que, prise dans l’émotion de toute cette journée, je ne t’ai pas félicité à la hauteur de l’exploit. Je suis admirative, en même temps, pour une Maman, c’est normal.
    Un GRAND MERCI à tous ceux qui t’ont soutenu car, sans eux, cela aurait été beaucoup plus difficile encore.
    Surtout, repose toi maintenant

  5. Bravo Stan pour cette performance.
    On se croisera à l’origole.

    Une question, sur les videos je te vois toujours courir sur la droite de la route, ce qui veut dire que tu ne vois pas arriver les véhicules dans ton dos. Pourquoi ne cours-tu pas sur la gauche pour voir arriver le « danger » ?

    A+
    XBo

  6. Merci à vous tous.

    @ XBo : j’essayais pourtant de me mettre au maximum à gauche justement. C’est vrai que sur les vidéos ça se voit pas forcément mais les vidéos ne représentent finalement que 13 minutes… sur 13 heures de course ! 😉

  7. Alors, chapeau bas !!! Je suis bluffée !! Quelle entreprise folle et quelle fierté pour toi de l’avoir menée à bien !! Je te félicite ! Tu peux encore marcher ou les jambes sont en vacances pour la semaine ?
    Si tu veux faire Paris-Bucarest, il va falloir organiser vite car nous partons l’été prochain et l’hiver va venir vite !! En partant maintenant ….
    Bises Cousin et encore bravo !

  8. Outchiii et bien une fois de plus, encore bravo à toi et tes accompagnteurs / orga qui je pense sont une part dans la réussite de ce challenge de malade !! En tout cas, repose toi bien maintenant et vraiment, respect à vous 🙂

    Maintenant, quand y aura grève de la poste, on fera appel à toi pour l’courrier ok ? #tless

  9. Un super récit pour une superbe performance.
    Encore une fois respect Stan et ce n’est que le début de grands défis, j’en suis sûr 😉
    A plus,
    Olivier

  10. Hello Stany,
    Je suis heureux d’avoir contribué (un peu) à ton entrainement quelques midis au Stade Suzan Lenglen 🙂
    J’avoue que parfois j’avais du mal à suivre ta foulée.. trop régulière pour moi, amateur de sprint … et d’arrivées :))
    Bientôt, grâce à toi et ta motivation pour le Trail et les longues distances je vais me lancer dans mon premier Trail (18 kms.. une rigolade pour toi ! :))
    Bravo pour l’exploit et Bonjour à tout ton entourage que je ne connais pas.
    A bientôt peut être pour le Semi de Paris 🙂
    Laurent (Hachette)

  11. Encore une fois bravo, le récit de cette journée est très bien explique! Il décrit très bien le courage qu’il t’a fallu pour arriver jusqu’au bout.

    Bonne soirée à bientôt,

    Fabienne, « la belle-doche » 😉

  12. Après avoir fait en pleine nuit Paris-Mantes, je suis arrivé sur les rotules.
    Alors vous, 1OO Kms… BRAVO pour cet exploit qui demande un moral d’acier.

  13. Salut mec. Je viens de sauter de TA.FR à ton blog.
    Je veux juste dire … RESPECT!
    Pourtant le fond et le demi fond ça me connait, mais tu t’es attaqué à des distances vraiment hors normes. Personnellement je crois avoir trouvé ma limite au marathon, car après je n’aurais plus aucun plaisir.
    Je te dis peut-être à Pierrefonds en février…
    Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.