3 jours en Maurienne

Jour 1 : Moutiers > Refuge de Plan Lombardie 25km 2300+ 800-

Avec mon papa, on décide, début 2021, qu’on fera un trek de 3 jours en montagne cet été. Une belle aventure père-fils en somme…
Le parcours est assez rapidement trouvé. On ira en train jusqu’à Saint-Michel de Maurienne, d’où on prendra le départ le 05 Août pour parvenir jusqu’à Moutiers 2 jours plus tard.

A quelques jours de la rando, la météo annoncée étant catastrophique, on essaie de décaler les réservations des refuges.
On parvient à décaler mais il faudra alors faire le parcours à l’envers.
Ce qui ne change au final pas vraiment les choses, le dénivelé étant à peu près équivalent dans un sens comme dans l’autre.

Le 09 Août, nous nous rendons donc en train à Moutiers.
Au programme, 25km et la moitié du dénivelé positif du trek sur cette seule journée, soit 2300+

Avec le train, nous sommes forcément dans la vallée, à 500m, il est 9h30 ; on ne fera que monter toute la matinée jusqu’à l’heure du midi où nous nous arrêtons au Plan de Pierre Larron.

J’aurais préféré faire l’intégralité de la montée, quitte à déjeuner plus tard, mais le patriarche a dit « on mange ici ! »

 

Cet abri non-gardé est récent, et donc en super état, nous y faisons une pause de 30-40min au cours de laquelle je reviens vite en arrière pour aller dénicher une cache,

 entre 2 sandwichs préparés ce matin.

Repartis dans la montée après cette halte, le dénivelé positif nous parait tout de suite plus indigeste.. Néanmoins, le gros est déjà fait.
Le point culminant, Crève-tête, sommet majeur qui domine la station de Valmorel nous offre un panorama à 360° exceptionnel.

La descente tant attendue s’amorce et sera appréciable.
Une petite erreur d’aiguillage et nous voilà revenus sur le bon chemin, grâce à la carte IGN. Chemin qui, par ailleurs, est inexistant physiquement, on navigue à vue.

Le refuge de Plan Lombardie est atteint vers 17h30, après avoir vu la tribu des coupeurs de pelle… Notre petite famille nous y accueille. C’est chouette, on passera la soirée/nuit tous ensemble après un très bon repas.

https://www.strava.com/activities/5778992655

Jour 2 : Refuge de Plan Lombardie > Refuge du Lac du Lou 30km 1700+ 1400-

Sur le papier, clairement, c’est le gros morceau à avaler. C’est une longue étape, nous déjeunons donc à 7h pour un départ à 7h40, le temps est au beau fixe là encore.
Dans le petit village de « La Sauce » situé à 1.5km du refuge et où le reste de la troupe s’est garé hier soir, nous récupérons les sandwiches du midi préparés la veille et restés au frais toute la nuit dans la voiture.
C’est alors que nous commençons une longue ascension jusqu’au Plan des Queux. 2h après être partis, nous franchissons cette montagne et abandonnons derrière nous le refuge que nous pouvions toujours apercevoir jusque là.

Nous observons très peu de temps après, au « daillet », d’étranges cratères. Nous apprendrons bien plus tard, grâce au gardien du refuge du soir, que ce sont des cônes de dissolution, résultant de l’érosion du gypse par l’eau. C’est très intrigant. On s’imaginait des trous d’obus datant de la seconde guerre mondiale !

Après la redescente très abrupte de cet endroit, nous croisons un gros troupeau de chèvres puis entamons un chemin qualifié de « délicat » par le panneau au départ de celui-ci. Ca ne nous émoustille pas un seul instant, on fonce ! Effectivement, certains passages s’avéreront dangereux pour le quidam.

Nous traversons le ruisseau du Cougne, puis le Torrent des Encombres avant que je sonne la cloche de la chapelle de Planbon – dédiée à St-Antoinde de Padoue -, seul vestige restauré au milieu de ruines.
Beaucoup de touristes ici, effectivement, nous ne sommes pas loin d’un gros parking, vite éloignons-nous !
Seconde grosse montée de la journée, celle-ci marquera les corps.
L’ascension n’est pas tout à fait terminée quand on s’installe pour avaler nos sandwichs dans un cadre époustouflant.

Lorsqu’on repart pour achever cette montée, le plus dur est fait. Nous sommes au Col de la Fenêtre à 2131m et il reste environ 10km sensiblement plats.
N’empêche cette fin de parcours qui domine la station des Menuires, et plus particulièrement les 5 derniers km, seront très difficiles pour mon papa qui fait de plus en plus de pauses.

La délivrance, le refuge du Lac du Lou, est en vue vers 17h40 soit 10h après être partis.
Première chose à faire, boire un verre ! Et rassurer la famille, on est à bon port.

Le repas tardif (à cause d’un groupe de randonneurs qu’on aura attendu longtemps) est là encore très bon, je mange d’ailleurs beaucoup plus que de raison, mais les crozets sont excellents !

La nuit dans notre grande chambre de 6 lits où nous sommes seuls, et après avoir combattu au moins 40 mouches (!!), sera réparatrice.

https://www.strava.com/activities/5778994405

Jour 3 : Refuge du Lac du Lou > Saint-Michel de Maurienne 20km 650+ 2000-

La plus facile des étapes, on monte 650+ puis on descend 2000- jusqu’à Saint-Michel, et c’est aussi la plus courte des étapes, 20km

Après les quelques difficultés de fin de parcours d’hier, on part tranquillement et attaquons cette montée sans être rassurés plus que ça sur la réussite complète de notre aventure. Mais mon papa gère très bien cette montée, et on arrive en haut très facilement après avoir croisé un bon nombre de marmottes, et de bien jolis lacs où nos pêcheurs, rencontrés le soir d’avant à notre table, devraient passer une belle journée.

Encore un superbe chemin sur une crête en direction du Col des Encombres et l’entame de la longue descente finale vers notre « ligne d’arrivée »

Le GPS indique qu’il faut tourner à gauche où on se rend compte que c’est une route… Et qu’elle est très longue !
Heureusement là encore, un coup d’œil jeté à la carte IGN nous permettra d’emprunter un sentier beaucoup plus réjouissant.
On déjeune au lieu-dit « les rateaux ».

Journée aussi pas mal consacrée au geocaching. Celle de Collet-Blanc aura été difficile à trouver, celle de la villette « la pierre mystérieuse » aura nécessité que je fasse 3 A/R en courant pour aller chercher l’indice (!). Dans le descriptif de cette cache on peut lire que pendant la période des foins, on peut encore voir à certains endroits la fauche traditionnelle à la faux. Effectivement, on a vu ça ! Cela paraît complètement hors du temps…

Saint-Michel de Maurienne, il est 15h, nous nous précipitons dans un bar dans l’attente de notre train 1h plus tard.
Retour à Bourg-Saint-Maurice sans encombres

https://www.strava.com/activities/5778995383

75km 4600+, défi réussi qui en appellera certainement d’autres. Bravo à mon papa pour s’être dépassé, surtout le deuxième jour.

Une réponse à “3 jours en Maurienne”

  1. Très beau récit, comme d’habitude et très beau défi, réussi. Quel bonheur de pouvoir partager une même passion entre générations. D’autres à venir, tant que la santé sera là…….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.