Piste des Oasis 2010 – Cappadoce, 3ème étape.

C’est la plus longue, il va falloir s’accrocher !
Mon père est suffisamment stressé ce matin (et avant même le départ pour la Turquie !) par cette étape, qu’il était tout naturel que je l’accompagne encore aujourd’hui.
Dans les starting-blocks à 9h, c’est parti !

Le début de l’étape est vraiment chouette, on arrive rapidement dans un canyon où il faut se baisser par moments, se contorsionner à d’autres, faire trempette dans la rivière qui coule tout du long, bref, que du bonheur, un vrai trail quoi, hors des sentiers battus. Ce canyon entre les 5ème et 8ème kilomètres, est vraiment agréable. Il nous amène rapidement (enfin la notion de rapidité est toute relative, car nous marchons aussi beaucoup vu l’état du terrain) à une belle grimpette, puis à une descente, et re-grimpette pour aboutir au 10ème km, lieu du CP1.
C’était, aux dires des organisateurs, le passage le plus difficile.
Nous l’avons vaincu !

Suite à ce CP, le paysage change radicalement, nous sommes dans les hauteurs, sur un plateau très monotone, trop même.. C’est assez lassant. Le CP2, situé pile à la moitié du parcours est dépassé, nous montons un chemin très abrupt puis nous nous retrouvons de nouveau dans les champs de lys, sur un plateau, et toujours en plein soleil, soleil qui ne cessera de briller toute la journée.

Plus loin, nous rattrapons 2 concurrents qui nous avaient doublés quelques temps plus tôt, car ils avaient manqué le bon chemin, pas de bol.. Mais ça nous arrange bien, et ça nous évite de nous tromper nous aussi, car la rubalise était effectivement peu voyante.
26 ou 27ème km (je ne sais plus, la batterie de mon GPS a rendu les armes), c’est le CP3 qui fait suite à une bonne montée qui finit d’achever mon père. Du sucre, du sucre, et ça repart, timidement. Le chemin est pourtant descendant mais mon père donne de sérieux signes de fatigue, qui le font même s’arrêter à plusieurs reprises dans ce faux-plat descendant.
Nous alternons marche et course, c’est dur pour lui. D’autant que nous avons en visuel deux concurrents qui s’approchent dangereusement !
Ils ne sont plus qu’à quelques mètres de nous avant l’entrée dans le village de Derbentbashi, et tout le monde se rejoint au CP4 (où j’ai eu droit à du pain chaudement sorti du four, un vrai régal !)… Mon père a pris des réserves et s’alimente en marchant, moi je discute avec les locaux et le gars au point de contrôle. Je pensais qu’il restait 3 bons kilomètres, mais il m’en annonce 2 !

Je repars avant nos 2 poursuivants, dans les rues du village, rattrape mon père au bout d’un certain temps, car sa marche active l’a bien emmené, et c’est une grosse descente qui s’annonce. Attention aux chevilles ! Ce serait trop bête, si près du but… Nous sommes en bas, les 2 gars en haut de la descente en lacets, on peut le faire !!
Il y a de l’agitation pas très loin, mon père me demande si c’est l’arrivée, je lui annonce hélas que non, c’est un groupe de vététistes, puis au fur et à mesure que nous nous approchons, nous reconnaissons des visages connus, ma mère entre autres.. C’est bon, ça devrait plus être trop loin alors ! « 200 mètres » annoncés !! Mon père puise dans ses dernières forces pour ne pas se laisser rattraper, la rivière qui nous fait face, on ne sait pas comment la contourner, je lui dis de foncer à travers, et finalement, nous franchissons ensemble la ligne d’arrivée, quelques secondes seulement avant nos poursuivants !

Et tout ça en – de 5h. 4h58m02 exactement…
J’étais déjà épaté de son état de forme hier, après l’étape, mais là, j’avoue être fier des performances de mon papa !! Bravo… Un nouveau traileur est né !

PS : Le président du club de trail que j’ai rejoint il y a quelques semaines m’annonce par mail qu’un article est paru dans la Voix du Nord !! Super sympa 🙂 (i.e. marathon du Mt-Blanc, pas des Sables)

Edit : une petite vidéo bonus.. lol

5 réponses à “Piste des Oasis 2010 – Cappadoce, 3ème étape.”

  1. Bravo Stan !!!
    Quel beau binôme vous formez avec ton père, c’est super 🙂
    Au fait tip top la caméra, ça va nous gratifier d’un superbe reportage, trop cool.
    Allez courage, go, go, go
    Olivier

  2. A star is born !!!! T’es trop beau en Kikoureur. Merci et bravo à vous 2.
    Tu le fais quand le marathon des sables? lol
    A+

  3. Bravo Stan pour ces résumés presque en temps réel de ta course en Turquie.
    J’aurais bien aimé moi aussi courir comme cela avec mon père mais ce n’est pas sont truc.

    A plus en août sur Courchevel.
    Etienne.

  4. Super Stan ,je viens de lire les 3 étapes d’un coup , beau moment de partage familiale .
    j’attends de voir plus de photos à ton retour.

    Profitez encore .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.